• Le lycée : extérieurs
  • Structure de l’Agora
  • L’Agora
  • L’extérieur
Lycée Delamare Deboutteville - Forges les Eaux

Publié : 16 janvier 2017
Format PDF Enregistrer au format PDF

Sortie TPCOM au Havre

Visite de l’appartement Perret et des containers logements, le Havre
Mardi 15 Novembre 2016

Appartement Perret

Un appartement au design des années 50 est reconstitué au premier étage d’un immeuble sans affectation individuelle ou immédiate (ISAI), conçu par l’atelier Perret à partir de 1946.
Cet appartement permet de découvrir les aménagements proposés par l’atelier pour reloger les habitants au lendemain de la guerre : double orientation, ensoleillement optimal, cuisine et salle de bains intégrées, vide-ordures, chauffage collectif à air pulsé. Le mobilier choisi fait référence aux aménagements des appartements types présentés pendant la reconstruction (entre 1945 et 1955) et destinés aux sinistrés havrais.
Du style de René Gabriel à celui de Marcel Gascoin, en passant par André Beaudoin, l’origine des Trente Glorieuses est ici relatée à travers les objets du quotidien : réfrigérateur, gazinière, auto-cuiseur, aspirateur, lave-linge mais aussi tourne-disque, machine à écrire, vêtements, journaux et revues plongent le visiteur dans une époque ayant nourri le style de vie que nous connaissons aujourd’hui.
Un idéal d’habitat
L’appartement témoin Perret, remis en l’état d’origine, est conforme aux plans et aménagements présentés par Auguste Perret à Paris en 1947 puis au Havre en 1949. Hormis le travail de reconstitution à l’identique, une véritable enquête fut menée, les intérieurs reconstruits n’ayant pas fait jusqu’alors l’objet d’étude spécifique.

Logements containers

« Ici, c’est quand même très confortable, bien conçu pour un espace de 24 mètres carrés. C’est quand même mieux que les chambres de 9 mètres carrés de la Cité U de Caucriauville. » Le loyer de 329 € apparaît donc comme raisonnable pour la plupart, d’autant plus que les aides au logement permettent de réduire le coût autour des 250 €. Rien n’est parfait et au détour des conversations, certains admettent des mésaventures domestiques comme des joints de douche défectueux, des vibrations à cause de la circulation des poids lourds à proximité, une chaleur étouffante dans le conteneur en cas de grosses chaleurs ou des canalisations gelées lors des grands froids... Mais c’est surtout une certaine fierté qui règne parmi les locataires. « Vivre dans un lieu original, moderne, unique, c’est assez plaisant » exulte Manon. « On voit des curieux prendre des photos, ils nous demandent s’ils peuvent visiter. On a plutôt de la chance d’habiter à A-Docks ! »
Ph. Lenoir Extraits du Paris Normandie du 21/09/2014