• Le lycée : extérieurs
  • Structure de l’Agora
  • L’Agora
  • L’extérieur

Vous êtes ici : Accueil > S’ORIENTER > LES ANCIENS ELEVES > Ancienne du lycée : Solange, au lycée l’an dernier ; en fac de géographie (...)
Publié : 15 mars 2016
Format PDF Enregistrer au format PDF

Ancienne du lycée : Solange, au lycée l’an dernier ; en fac de géographie cette année

Un nouvel article dans la rubrique Parents et élèves>Les anciens élèves

Le passage du lycée à l’université, c’est une découverte. Solange nous donne ses impressions de la première année à Rouen et quelques pièges à éviter.

TÉMOIGNAGE D’UNE ANCIENNE ÉLÈVE

MON PARCOURS

Moi, c’est Solange. J’ai passé 3 années au lycée de Forges-les-Eaux. Après avoir obtenu un bac S en juillet dernier, j’ai poussé la porte de l’Université de Rouen.
Mon premier souhait était d’entrer en école d’Architecture, mais ayant été refusée, c’est en licence de Géographie et Aménagement que je me suis retrouvée. Cette filière, que je jugeais moins prestigieuse, offre néanmoins une multitude de débouchés (notamment tout ce qui concerne l’aménagement du territoire, l’urbanisme, l’environnement, les systèmes d’information, la cartographie, la recherche, etc..).
La licence de géographie et aménagement offre un enseignement polyvalent et varié : géophysique, étude des populations et sociétés, cartographie et statistiques, notion de territoire. Ce n’est pas « connaître tous les pays du monde », comme beaucoup le pensent. De plus, cette filière allie le côté scientifique au côté littéraire, ce qui peut être un avantage.
Cette première année d’études supérieures m’a permis d’affiner mon projet professionnel, qui a beaucoup évolué depuis la fin de ma Terminale S. En effet, mon objectif est de désormais travailler dans l’environnement et le développement durable.
J’envisage de me réorienter vers la filière Sciences de la Terre et de l’Environnement : une filière totalement scientifique et qui me correspond davantage.

LA VIE A L’UNIVERSITÉ
Passer du lycée à un enseignement universitaire demande un petit temps d’adaptation. On se rend compte que les profs s’adressent maintenant à des adultes et non plus à des adolescents.
L’Université demande beaucoup de maturité et d’autonomie. Personne n’est derrière nous à nous dire de s’avancer sur nos exposés.
Personne ne nous oblige à aller en cours, et pourtant, il faut le faire ! C’est si facile de sécher les cours, qu’il faut avoir une vraie motivation pour aller au bout du cursus. Certains vont à l’Université car ils ne savent pas quoi faire d’autre malheureusement, et c’est une des raisons des nombreux abandons en première année.
Le nombre d’heures de cours à l’Université est souvent inférieur par rapport au lycée. Mais cela ne veut pas dire que les temps de loisirs sont plus importants. En effet, le travail personnel, en dehors des cours, est bien plus important qu’au lycée. De plus, dans l’enseignement supérieur, les cours auxquels on assiste ne suffisent pas : il faut se documenter à la bibliothèque, lire des livres pour compléter les cours, etc... C’est ce qui fera la différence lors des examens.

Les soirées étudiantes, c’est tous les jeudis ou mercredis soirs ! Mais encore une fois, il ne faut pas se laisser emporter par la folie nocturne. C’est si facile de sortir tous les soirs, surtout lorsque l’on habite sur le campus. Je pense qu’il faut toujours garder en tête, la raison pour laquelle on est à l’Université, et le projet professionnel qui est derrière.
Être étudiant, c’est aussi se responsabiliser, gagner en autonomie. Parfois il y a un loyer à payer, et les parents ne sont plus forcément derrière nous. C’est une autre forme de maturité.