• Le lycée : extérieurs
  • Structure de l’Agora
  • L’Agora
  • L’extérieur
Lycée Delamare Deboutteville - Forges les Eaux



Vous êtes ici : Accueil > PARENTS ET ELEVES > LES ANCIENS ELEVES > Ancien du lycée : Fabien, des maths à la cartographie
Publié : 9 mars 2016
Format PDF Enregistrer au format PDF

Ancien du lycée : Fabien, des maths à la cartographie

Fabien voulait être prof de mathématiques, mais il a bifurqué vers autre chose.
Suivez son parcours sur l’article joint :

Fabien MOISANT, Cadre Foncier, cartographe et géomètre topographe – fabien.moisant@gmail.com

Il y a presque 10 ans déjà, j’obtenais mon Baccalauréat Scientifique, spécialité mathématiques au lycée Delamare Deboutteville de Forges-les-Eaux. Après ces 3 belles années (2004-2007), je me suis dirigé vers un parcours universitaire LMD à l’Université de Rouen (Saint Etienne du Rouvray pour être précis). J’avais pour objectif de devenir professeur de mathématiques, si bien qu’après avoir réussi la première année de licence « MIEEA » (Maths, Informatique et Electronique), je suis entré en seconde année Maths Générales. Et ce fut le drame ! Bien trop difficile et ne correspondant pas forcément à mes objectifs (pas de pédagogie, 8 heures de maths pures par jour), associé à une réforme de l’IUFM début 2009 (60000 postes supprimés, refonte des concours d’enseignements), j’ai décidé de me réorienter.

C’est ainsi que je suis retourné au lycée (Le Corbusier à Saint Etienne du Rouvray) pour y passer un BTS géomètre topographe que j’ai obtenu en 2011. J’ai beaucoup aimé cette reconversion et ce type de formation car je me suis rendu compte que j’avais besoin d’être suivi et encadré par des professeurs et je souhaitais apprendre un métier plus rapidement que par le système universitaire.

Alors que je ne pensais pas poursuivre mes études, ce « coup de cœur » pour la topographie et la cartographie au sens plus général m’a poussé à faire une année supplémentaire. En 2012, je me suis retrouvé au Mans pour obtenir une licence professionnelle cartographie, systèmes d’informations géographiques, urbanisme et aménagement du territoire. J’ai été sensibilisé à la cartographie libre et accessible grâce à d’excellents professeurs à l’Université du Maine et ai vécu ma première expérience à l’étranger en faisant mon stage de fin de licence à Dakar au Sénégal, de mars à juin 2012. Quelle expérience ce fut ! Sur le plan professionnel, je devais produire des cartes d’évolutions de l’occupation des sols pour répondre à la problématique : « Le phénomène de salinisation des terres : évolution et impact sur la population », ce qui m’a permis d’accentuer mes connaissances sur des logiciels de cartographie et de télédétection complexes. Sur le plan personnel, j’ai acquis une ouverture d’esprit et une tolérance bien plus grande qu’avant mon départ. Et, bien malgré moi, j’ai été « piqué » par le virus du voyage…

Pensant avoir terminé mes études, je décide de prendre une année sabbatique pour entreprendre un voyage en Asie du Sud Est. Avec un de mes meilleurs amis, nous barroudons d’octobre 2012 à mai 2013 entre Indonésie et Thaïlande, en passant par le Vietnam, le Laos, le Cambodge et la Malaisie. Une véritable leçon de vie. J’ai notamment eu la chance d’apprendre la plongée et de passer mes diplômes jusqu’au niveau 3. C’est depuis une véritable passion !

Enfin, à mon retour, je décide de reprendre mes études pour parfaire et terminer ma formation de cartographe. Je rejoins le très récent Master Foncier de l’École Supérieure des Géomètres et Topographe du Mans fin 2013. Ce Master me permet, à la fois d’accroître mes connaissances en droit professionnel et en cartographie, mais aussi de voyager à nouveau. En effet, je passe l’été 2014 au Cameroun pour un stage de 2 mois. Avec 3 camarades de promotion, nous avons pour but de créer la première carte officielle d’une commune au Cameroun. Ce sera chose faite pour la commune de Soa, au Nord Est de Yaoundé. Après le semestre de seconde année de Master, je repars au même endroit pour mon Travail de Fin d’Études où je consacre mon temps à la réalisation d’un mémoire sur la sécurisation et la gestion du foncier au Cameroun.

Enfin diplômé et Bac+5 (8 ans après ma sortie du lycée de Forges), je m’apprête à présent à repartir une nouvelle fois au Cameroun en mars 2016 pour un an de contrat de volontariat. A l’instar d’un VIE (Volontariat International en Entreprise), le contrat que me propose France Volontaires (associée au Ministère des Affaires Étrangères) est un VSI (Volontariat de Solidarité en Entreprise). Si l’on peut penser à un « prétexte » pour repartir une nouvelle fois à l’étranger, ce type de contrat est, je trouve, très intéressant pour découvrir le monde professionnel à l’international après la fin des études. Et il propose de nombreux avantages non négligeables (aller-retour, assurance, visa et logement pris en charge).

Si je n’ai pas de plan de carrière, j’espère pouvoir un jour mêler passion et travail. En effet, je m’intéresse de plus en plus à la cartographie sous-marine et suis engagé sur les problématiques environnementales touchant les océans et la disparition des espèces coralliennes.

Il ne me reste plus qu’à souhaiter bonne chance aux lycéens pour l’obtention de leurs Bac, technologiques ou professionnels, et à leur affirmer de ne pas hésiter à prendre contact avec moi pour toutes questions liées à mon parcours, à ma formation, ou même au voyage. Merci !

Portfolio automatique :