• Le lycée : extérieurs
  • Structure de l’Agora
  • L’Agora
  • L’extérieur
Lycée Delamare Deboutteville - Forges les Eaux



Vous êtes ici : Accueil > PARENTS ET ELEVES > LES ANCIENS ELEVES > Ancien du lycée : Vladimir, un parcours à Amiens
Publié : 7 mars 2016
Format PDF Enregistrer au format PDF

Ancien du lycée : Vladimir, un parcours à Amiens

Vladimir, après un bac ES, a entrepris des études en DUT Gestion des Entreprises et des Administrations, puis dans une grande école.

Vladimir, explique son parcours effectué à Amiens, une ville universitaire dont il loue les qualités, bien que l’image nordiste ne lui soit pas toujours favorable. Mais entre Rouen et Amiens, la différence, en kms, se compte sur les doigts des 2 mains.

Vladimir Auvray

Après Forges-les-Eaux : la Picardie, Amiens, l’Université de Picardie Jules Verne.

Suite à mon Bac ES obtenu avec mention Assez-Bien en 2010, je me suis orienté vers le DUT Gestion des Entreprises et des Administration (GEA) option Ressources Humaines. J’ai choisi de le faire à Amiens, ville que je ne connaissais pas plus que ça… Le passage du lycée à l’IUT m’a paru étrange au début. Trop de nouveauté d’un coup ? Peut-être. Il est vrai que, passer d’Histoire-Géo, Eco, Philo, ...à Fisca’, Compta’ et GPEC (Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences), sur le coup c’est dur. Quoi qu’il en soit, j’ai passé le cap et après les 2 ans de formation (et 2 stages), j’ai décroché le DUT.
Bien, mais maintenant, que faire ? Ce n’est pas avec un Bac+2 qu’on obtient un emploi, sauf avec beaucoup de chance et en usant du carnet d’adresse de papa quand il en a un…
J’étais intéressé par le droit du travail, étudié en DUT, alors je me suis dis : « Allez, fac de droit c’est partit ! » . C’est surtout partit en cacahuète. Ce n’est absolument pas ce que je recherchais. Qu’est-ce que j’ai fais pendant un an ? J’ai suivi les cours par simple curiosité, et j’ai participé à un gros projet au sein d’une association étudiante, histoire de s’occuper. Pour moi ce n’est absolument pas du temps de perdu car j’avais besoin de prendre le temps de réfléchir sur ce que je voulais vraiment faire.
L’année suivante j’ai intégré l’IPAG d’Amiens (Institut de Préparation à l’Administration Général), dans lequel j’ai fais la 3ème année de licence administration publique et la première année de master administration publique. Cette formation est excellente lorsqu’on veut préparer des concours et les matières sont variées : on passe de l’économie au droit européen, en passant par la politique de ville et la sociologie. Cela ne signifie pas qu’on réussi automatiquement un concours, mais c’est une excellente base pour leur préparation.
Aujourd’hui, je suis en master 2 Science Politique mention Évaluation des Politiques Publiques. C’est master professionnel axé sur l’analyse des politiques publiques menées actuellement. Cette formation poussent les étudiants à la critique et à imaginer des solutions concrètes. Ce qui me plaît ? C’est que j’apporte ma vision des choses, certes optimiste, mais très mesurée et prudente. Je peux montrer et démontrer factuellement, sans prendre partie de qui que ce soit, que telle ou telle politique menée ne sert à rien, ou au contraire est efficace. En parallèle je suis en stage à Amiens Métropole pour une durée de 6 mois, en tant qu’assistant chargé de mission au sein de la délégation du Pacte pour l’Emploi et l’Innovation.

Comme on peut le constater, c’est un parcours qui peut paraître étrange. En effet, passer de la gestion d’entreprise à la science politique, ça peut surprendre. Mais cela montre que tout est possible. Le tout est de prendre le temps de réfléchir et de se poser la question suivante : qu’est-ce que j’aime ? Je ne parle pas de choisir un métier. Mais si une personne se lève chaque matin et que la première chose qu’elle fait au réveil, c’est chanter, alors cette personne doit avoir une profession en rapport avec le chant, la musique. Il faut savoir oser ne pas écouter ses parents,et ne pas écouter les enseignants qui vous disent que vous n’êtes pas fait pour telle ou telle domaine. Allez chercher ce que vous voulez et faites tomber les barrières que vous vous imposer.

Étudier c’est aussi faire des rencontres et c’est très important. Il y a beaucoup d’étudiant internationaux dans nos universités ; et par expérience, je peux affirmer que plus on échange avec eux, plus on grandi.
S’agissant de la ville d’Amiens, elle ne fait pas rêver en apparence. En vérité c’est parce que personne ne connaît. Mais sachez que tout les bars et discothèques sont placé au sein d’un même quartier : Saint Leu. C’est tout un quartier qui fait la fête dès le jeudi soir jusqu’au dimanche matin ! Et avec l’aéroport de Beauvais à proximité, on peut se permettre de partir en week-end facilement et à moindre coût ! En dehors de cela, Amiens est une ville à taille humaine où il fait bon vivre. Personnellement, je m’y suis senti chez moi très rapidement. Mon choix pour étudier dans cette ville ne sera jamais un regret.
Si vous souhaitez prendre contact avec moi pour plus d’information : vladimir.auvray@laposte.net

Portfolio automatique :